Contribution de la Fundación Peruana de Turismo Social
3 Juin 2020

Contribution de la Fundación Peruana de Turismo Social.

Le rôle du Tourisme Social post-pandémique

La macroéconomie à l'heure de la conscience sociale. C'est ainsi qu'il faudrait appeler cette étape de l'histoire de l'humanité. Cependant, dans des moments cruciaux comme ceux-ci, il n’est pas moins important d'aller vers le micro, de regarder autour de nous et de comprendre nos relations, nos opportunités et les défis que nous nous imposions comme « normaux » dans ce monde en rapide évolution du pré-coronavirus. Pour y parvenir, nous devons ralentir et faire une pause pour réfléchir, mais avec des prévisions et des propositions d'action issues de nos expériences, de nos quartiers - de notre réalité locale.

Malgré la charge informative que nous recevons jour après jour, cette réflexion commence par le désir d'être moins égoïstes, de réapprendre à être plus empathiques ; de comprendre que, si certains d'entre nous se sentent en sécurité, un voisin, lui,
peut vivre avec plus de craintes à cause d'une situation économique grave qui lui échappe. Il faut d'abord comprendre que, tandis que nous nous asseyons à table chaque jour, il y a des gens qui ont moins et voient l'avenir avec des yeux moins optimistes. Démontrer moins d'égoïsme commence aussi par reconnaître que l'inégalité est colorée par différentes couleurs et que n'importe qui aurait pu les utiliser sans que nous nous en rendions compte. Ni plus ni moins.

C'est précisément cette inégalité qui a démontré la vulnérabilité de nos États, qui, avec l'inclusion d'un virus pandémique, ont fini par frapper les fiertés nationales et dépouiller les structures faibles de nombreux gouvernements.

Dans ce regard entre nos micro-réalités et la vulnérabilité de notre macro-société, nous trouvons des efforts simultanés pour mettre sur le même plan un bien commun ; un point d'équilibre social, qui continue à réduire les inégalités et qui, du moins pour l'instant, n'affaiblit pas davantage nos structures. Ces efforts ont mis en évidence la nécessité d'une "bonne gouvernance" et sa capacité à se reconstruire sur la base de ses secteurs productifs. L'un d'eux, le tourisme.

Le tourisme a été touché par la pandémie. Les pays ont fermé leurs frontières et les compagnies aériennes ont cessé de commercialiser des vols ; les hôtels ont fermé en l'absence de clients et les restaurants, hormis le mode "livraison", ont cessé d'être le lieu de rencontre quotidien. Toute l'industrie a été mise en veilleuse.

Le lien commun à cette affectation est la peur. Même si le virus est vaincu, il entraînera une diminution des voyages locaux et d’un pays à un autre pays ; les voyages ne seront probablement pas les mêmes, les habitudes de consommation des touristes changeront certainement et, en ce sens, l'habitude du touriste changera à son tour et de manière plus notoire. Cependant, malgré la crainte et les nouvelles formules de visite, ce qui ne changera pas, c'est le besoin de découvrir, d'être dans des environnements différents, de satisfaire les loisirs et d'apprendre par les différences, ce que les voyages ont pu réaliser, comme aucun autre secteur.

Une partie de ces raisons tient notamment du fait que la plupart des solutions proposées par les experts pour réactiver le tourisme (et sur lesquelles nous sommes d'accord) consistent à se concentrer surtout sur le tourisme domestique. Non seulement par crainte de visiter d'autres pays, mais aussi parce que l'économie familiale se concentrera sur le besoin de couvrir les besoins les plus élémentaires et que le budget précédemment alloué aux loisirs en dehors des frontières sera détourné vers d'autres priorités et facilités. Mais au-delà de cela, depuis de nombreuses années et pour de nombreux pays, la promotion du tourisme domestique - surtout en basse saison - a un allié important : le Tourisme Social.

Des pays comme l'Espagne, le Portugal, la France, le Chili, le Brésil, l'Uruguay, l'Argentine et le Mexique, entre autres, ont des politiques et des programmes qui encouragent l’accès aux loisirs auprès de différents publics (écoliers, jeunes, personnes ayant un handicap, familles, seniors, femmes monoparentales, travailleurs ruraux, pour n'en citer que quelques-uns). Il ne fait aucun doute que ces publics cibles méritent également les avantages physiques, sociaux et psychologiques qu'apporte le statut de touriste et que cela contribue à aider les destinations qui souffrent de cette saisonnalité marquée (ou qui sont à la recherche d'un positionnement) à maintenir un flux presque constant pendant les mois de stagnation. Par conséquent, ce flux constant permet aux services touristiques et à leur chaîne de production locale de contribuer au dynamisme économique de la destination.

Il existe une grande bibliographie à laquelle on peut se référer et où l'on peut étudier en profondeur le succès de ces politiques et programmes par rapport à l'offre (meilleur rendement des deniers publics grâce aux taxes en retour de l'investissement) et par rapport à la demande (niveaux de satisfaction des bénéficiaires).

Les réussites des programmes de Tourisme Social en Amérique latine témoignent de l'évolution des publics cibles, de l'adoption au fil du temps de nouvelles habitudes de consommation, notamment des dépenses en matière de tourisme et de loisirs, et de la participation continue de l'État à la promotion, au développement et à la mise en œuvre de ces programmes.

En particulier, le public cible du Tourisme Social est d'un intérêt capital. Selon les Fonds des Nations Unies pour la population, d'ici une décennie, il y aura plus d'un milliard de personnes âgées de plus de 60 ans. Cette tranche d'âge génère déjà un "boom" au niveau mondial et avant la COVID-19, on estimait qu'elle pouvait atteindre 40% du marché du tourisme, et elle possède également une caractéristique très appréciée : la liberté du temps.

D'autre part, les jeunes, quant à eux, voyagent de plus en plus, de plus en plus loin et recherchent des expériences plus authentiques. Selon le rapport "The Power of Youth Tourism", proposé par la WYSE Travel Confederation en collaboration avec l'OMT, le tourisme mondial des jeunes représente environ 190 millions de voyages internationaux par an et, avant COVID-19, on estimait que 370 millions de jeunes touristes voyageraient d'ici 2020.

Il ne s'agit là que de deux des publics cibles. Pour toutes ces raisons, la décision de l'État de mettre en œuvre des mesures de politique touristique qui réactiveront la demande - dans ces contextes - a la garantie de se fonder sur le fait que le tourisme social contribuera, non seulement, à respecter ce qui est établi dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme - en matière de repos, d’accès au temps libre et aux vacances périodiques payées - de même que dans le Code Mondial d'Éthique du Tourisme, mais il contribuera également à promouvoir le bénéfice économique du secteur et le bien-être du public du Tourisme Social (dont la majorité sont des groupes de population historiquement exclus du tourisme). En bref, il s'agit d'une réponse à une politique publique du tourisme qui exige de toute urgence des mesures qui tiennent compte des plus vulnérables et leur garantissent un développement intégral, sans pour autant négliger les considérations économiques qui rendent ces politiques durables.

Le Tourisme Social offre un horizon dans lequel les écarts sont réduits et le pays est socialement unifié. Il a pour effet de restructurer les politiques publiques du tourisme avec une approche plus complète, plus humaine, plus solidaire, plus durable et par
conséquent plus juste ; et c'est là que notre vision des exigences du tourisme de demain prend tout son sens.

Sans aucun doute, le tourisme social s'est avéré jusqu'à présent indissociable de l'État et des objectifs qu'il recherche pour le bien-être de sa population. Dans cette optique, il est important de souligner que l'accès aux vacances génère une amélioration de la qualité de vie de la population, et que cela mène à des citoyens plus actifs physiquement, plus cohérents et plus sains psychologiquement, qui sont moins affectés par le stress. Cela peut entraîner une diminution de la demande de services de santé publique, en particulier de services de santé mentale, et les citoyens peuvent se sentir moins exclus et plus valorisés, et donc surmonter leurs sentiments de frustration qui engendrent parfois des comportements socialement nuisibles. Non moins important, ces agences de voyage (et les entreprises liées à l'expérience touristique) devraient avoir des revenus stables tout au long de l'année.

Comme indiqué dans le document "Le tourisme comme forme d'intervention sociale", le tourisme social, en raison de ses effets immédiats sur les bénéficiaires, par rapport au coût d'autres mesures sociales qui poursuivent les mêmes objectifs, peut être considéré comme étant la mesure la plus efficace.

Et pour nous, face à la situation, toute proposition qui nous dépouille de notre indifférence et de notre égoïsme actuel, depuis notre conduite quotidienne jusqu'à la conception des politiques publiques, contribue au plus grand slogan que nous devons tous considérer comme inlassablement nécessaire : "la lumière pour tous, tout pour tous".

Jacques Rayet - ISTO 03-06-2020